Comparatif foil Neilpryde RS:One aluminium et RS:Flight F4 carbone

comparo-Neilpryde-Foil-RS-One-Alu-RS-Flight-F4-Carbone-emplanture

Pour faire suite à cet article précédent : Foil NeilPryde Alu : RS:one et Flight:AL

Je vous propose un comparatif (de salon pour l’instant) entre le foil Neilpryde RS:One aluminium (bleu) que je possède depuis mi-juillet 2017 et mon tout nouveau Neilpryde RS:Flight F4 en carbone celui-là. Au passage petit unboxing du F4 et assemblage plus zoom sur le réglage du stabilisateur.

Historique foil :

J’ai fait une bonne 50aine de sessions avec mon foil alu, pas forcément très longues ni très performantes, mais je débute en foil donc ça me consomme pas mal d’énergie. Avec ce foil, qui était mon premier, j’ai très vite volé de façon stable et facile, en fonction du vent et du plan d’eau. J’avais auparavant testé 15 minutes un foil qui ressemblait au Lokefoil et ça m’avait convaincu de sauter le pas.

Le RS:One est vraiment facile et je l’ai utilisé avec bonheur un bon nombre de fois où je n’aurais même pas réfléchi à sortir en aileron, pas même en 7.8 avec mon gabarit léger.

Au début je l’ai utilisé timidement en 7m (j’ai aussi navigué en 5.6 avec, très bien, le plan d’eau par contre était très chaud), puis je me suis lâché sur la 7.8 et j’ai fait 50% de mes navs en 7 et 50% en 7.8 à peu près.

Avec ce combo 7.8 + RS:One (qui porte un peu plus que le Flight:AL rose), je trouvais que j’avais un bon départ au vol et en pompant un peu (7.8 pour mon gabarit c’est pas la voile la plus simple à pomper), de quoi me faire plaisir dans des conditions où sans foil j’aurai fait ping-pong ou beach volley 😉

Niveau « perfs » si on peut parler de perfs, je volais stable à 12-13nds, restais en l’air à 10nds, et si le vent était un minimum établi (genre 10nds) je volais à 15-18nds de moyenne sans souci. Avec un peu plus de vent, je titillais les 20nds en vitesse moyenne. Quelques noeuds donc sous mes vitesses usuelles en aileron, mais avec nettement moins de vent. En aileron dans le light/pétole quand je suis juste bien dans les straps au planning, je suis aussi à 18-20nds de vitesse de croisière sur mon plan d’eau généralement un minimum remuant même avec peu de vent. Pas un avion de chasse mais pour un débutant en foil j’étais bien content et c’était assez facile, malgré un flotteur qui manque sévèrement de largeur à l’arrière et donc un pied arrière très peu efficace.

Unboxing/review du Neilpryde RS:Flight F4

Après cette petite intro/historique sur mon alu, place à l’unboxing de la bête de carbone.

carton-Neilpryde-Foil-RS-Flight-F4

Quel beau carton n’est-ce pas ? C’est l’intérieur qui t’intéresse ? Bon bon d’accord !

carton-ouvert-Neilpryde-Foil-RS-Flight-F4

C’est beau et bien rangé dis-donc, par contre ça prend de la place… va falloir voir comment optimiser tout ça pour réduire l’encombrement si possible.

C’est plutôt bien fini même si je trouve à pinailler ici et là, comme sur les rebords de la cuvette du fuselage qui reçoit l’aile avant, ou la finition de l’extrémité du fuselage qui reçoit le stab, mais je pinaille, c’est bien joli tout de même.

details-Neilpryde-Foil-RS-Flight-F4

Dans le carton on trouve aussi une aile plus petite pour le vent établi, on verra si je l’utilise un jour ou si ça va trop vite pour moi 🙂

Allez zou! Montage pour voir la bête en 3D :
Neilpryde-Foil-RS-Flight-F4 monté

Montage aisé, déjà y’a pas la jonction mât/fuselage à assembler, du temps gagné de ce côté par rapport à la version alu.

Aile avant, 3 vis, idem alu, aucun souci. Comme on peut le voir sur la photo un peu avant, il y a 2 petites bosses/ergots pour caler l’aile en plus des 3 vis, pas persuadé de l’indispensabilité de la chose, ça aide un poil lors du montage de l’aile mais on s’en sortirait sans. Un petit confort bonus en gros.

Pour le stabilisateur, les choses se « compliquent », il y a 4 vis à placer, 2 pour la fixation du stabilisateur dans le fuselage, et 2 pour régler son angle :

details-stabilisateur-Neilpryde-Foil-RS-Flight-F4

La petite aile du stabilisateur est intégrée dans la queue du fuselage qui se démonte.

Les vis de réglages se serrent l’une et l’autre de façon à anguler le stabilisateur, et ensuite on serre les vis de fixation (ça doit bien tenir du coup)

details-stabilisateur-reglage-Neilpryde-Foil-RS-Flight-F4

L’angle avec le stab levé ou baissé varie pas mal, à l’oeil je dirais 5-7° d’amplitude, de quoi faire varier pas mal le comportement du foil sur l’eau. Il manquerait un petit vernier côté fuselage et un marqueur/flèche côté stab, pour repérer le 0° et éventuellement noter des angles intermédiaires. Quant aux réglages extrêmes c’est simple il suffit de se mettre en butée vers le haut ou le bas. Mais le vernier permettrait de retrouver un réglage intermédiaire.

Je trouve ce système de réglage assez bien pensé, bien mieux que les systèmes à base de cales et de rondelles, le défaut est quand même qu’il n’y a pas par défaut de moyen de repérer son réglage en dehors du maxi et du mini. (Mais ça peut s’ajouter sans difficulté)

Petit réflexion perso :

Vu que chaque vis de réglage s’engage dans le filetage dans l’extrémité du manchon, les vis de fixations ne me paraissent pas indispensables, une fois que les 2 vis de réglages sont bloquées en place la liaison semble déjà très bonne. À l’usage je verrai si ça se desserre en navigation, mais si ça ne bouge jamais, je boucherai les trous des vis de fixation, ça fera 2 vis en moins (toutes petites) à mettre, et facile 0.02nds de grattés en Vmax :-p

Comparatif Neilpryde RS:One aluminium et RS:Flight F4 carbone

Comparaison et mesures de ces 2 foils tant que j’ai encore l’alu sous la main. Y’a pas mal de différences et c’est normal.

La première qui saute aux yeux (façon de parler), c’est le poids, 3.45kg pour le F4 avec la grande aile contre 4.95kg pour l’alu, malgré un mât plus haut pour le F4. Pas une grande surprise non plus mais plus d’écart que ce à quoi je m’attendais, les foils carbone sont souvent au-dessus de la barre des 4kg. Côté ailes, je m’attendais à un sensation de poids plus légère.

Aile avant F4 : 945g à comparer aux 1675gr de l’aile avant en G10, un bel écart mais je m’attendais à plus léger pour l’aile carbone.

Petite aile avant F4 : 726gr

Du coup au mini le F4 pèsera 3.33kg avec la petite aile.

Petite photo des 2 côte-à-côte :

comparo-Neilpryde-Foil-RS-One-Alu-RS-Flight-F4-Carbone vue d'ensemble

L’autre différence qui saute aux yeux, pour de bon cette fois, en dehors de la couleur :p c’est la taille du mât, 92cm entre le dessous du fuselage et la carène du flotteur sur le F4 contre 82cm pour l’alu.

Le talon est un « vrai » deep tuttle sur le F4 tandi que sur l’alu il est entre le deep et le tuttle. Meilleure prise dans le boitier d’aileron, tant mieux. D’ailleurs il rentre pile-poil dans le box de ma Tiga.

Les ailes et stabs, en plus d’être en G10 (et lourdes) sur l’alu, contre du carbone (au moins à l’extérieur) sur le F4 sont aussi de formes très différentes. Le F4 adopte des « ailes » de mouette tandis que l’alu a des ailes « plates ».

comparo-Neilpryde-Foil-RS-One-Alu-RS-Flight-F4-Carbone-aile-avant

Côté dimensions, à défaut de parler surface alaire, la grande aile F4 fait 80cm d’envergure projetée et à peu près 83cm en suivant la courbe, contre 72cm pour l’alu (et 68cm pour l’alu rose)

La petite aile du F4 a une forme encore plus en 3D, et fait 59.2cm d’envergure projetée et 63cm  en suivant la courbe ! Au niveau finition elle est également lisse tandis que la grande aile est plus satinée/rugueuse.

details-aile-baston-Neilpryde-Foil-RS-Flight-F4

Le stab est plus petit par contre, avec 38.5cm en envergure projetée contre 42cm sur l’alu (et 41cm sur le rose)

comparo-Neilpryde-Foil-RS-One-Alu-RS-Flight-F4-Carbone-stabilisateur

Tous les angles et arrêtes présents (à part les bords de fuite) sont doux et peu agressifs, gage de sécurité, pas de petit winglet pointu ou autre fantaisie du genre, tant mieux.

Les fuselages sont de longueurs différentes, mesurées du bord d’attaque de l’aile avant au bord de fuite du stabilisateur : 67.5cm pour le F4 et 72cm pour l’alu.

Ça promet un peu moins de stabilité longitudinale pour le F4, mais plus de « facilité » à suivre le plan d’eau du coup 🙂 c’est pas avec ce foil que je vais me reposer sur l’eau et naviguer les yeux fermés je crois 😉

Une autre différence, l’emplanture du mât sur le fuselage

comparo-Neilpryde-Foil-RS-One-Alu-RS-Flight-F4-Carbone-emplanture

Sur l’alu, l’arrière du mât est à peu près à la moitié de la distance entre le centre de portance (au pif) de chaque aile, sur le F4 le mât est bien 3 à 4 cm plus en arrière. Je pense que ce foil se révélera nettement plus pied avant que l’alu (ce qui me parait intéressant).

Et j’imagine déjà la petite rallonge que je pourrai faire à l’arrière vu comment le stabilisateur se fixe 😉 pour gagner en stabilité longitudinale si le besoin se fait sentir.

 

[Edit] après quelques échanges avec des possesseurs de ce foil ou qui l’ont vu chez d’autres, le carton est conservé assez souvent pour le transport, ça prend de la place mais c’est plat et le foil est bien protégé avec la mousse. D’autres optent pour une housse dédiée mais qui permet de garder le foil monté, et qui peut aussi contenir les éléments séparés et démontés :

Housse foil Neilpryde RS:Flight F4

La dispo de cette housse est par contre plutôt aléatoire, les quelques shops qui la proposent ne l’ont pas en stock voire ne peuvent pas la commander au fournisseur (pourquoi la proposer dans ce cas ?)

D’autres utilisent les housses d’autres foils dont le fuselage et le mât ne sont pas séparables, comme les AFS.

J’ai eu plusieurs retours d’utilisateurs qui ne le démontent pas après chaque session, voire rarement et depuis plus d’un an pas de souci de corrosion au niveau des vis et inserts.

À suivre le comparatif sur l’eau 🙂

Commentaires Pas de commentaire

Join in: leave your comment