Foil Neilpryde RS:Flight F4, retours après les premières sessions

Depuis mon article du 23 février comparant le foil Neilpryde RS:Flight F4 toutancarbone avec mon foil alu Neilpryde RS:One, j’ai eu l’occasion de mouiller le p’tit nouveau.

Et aussi de revendre l’alu qui est parti sur Nantes.

Et de découvrir quelques tests que je n’avais pas lu sur le F4, par exemple celui de Windmag (image archive ici si le lien ne fonctionne plus), si j’avais lu un truc comme ça avant d’acheter, j’aurais passé mon chemin : « Le RS : Flight F4 est un produit pour spécialistes avertis visant la performance avant tout. Novices, lâchez l’affaire, ce modèle est exclusivement destiné aux meilleurs des experts« .

Première session le 27 février, l’eau est encore bien fraîche mais il fait très beau et doux avant un rafraîchissement prévu de la météo, « pas le choix » je vais savoir si ce foil est si difficile que ça.

Bon ben la conclusion est sans appel… aucune difficulté à signaler ! Mis à l’eau avec 8-10nds de vent qui est monté gentiment vers les 12nds, une bonne session de reprise alors que la dernière session datait du mois d’août, bah ça s’est très bien passé et je n’ai pas éprouvé de difficulté particulière, au-delà de reprendre après une longue interruption, le foil ne m’a pas mis en difficulté. Les mêmes sensations (ou le souvenir que j’en avais) qu’avec mon RS:One Alu, la musique en moins 😉 par contre je ne me rappelle pas si j’étais en 7 ou en 7.8.

Depuis j’ai ajouté 6 sessions au compteur, dont une en 7 où j’ai changé l’aile avant pour mettre la petite, le vent était monté au-dessus de 15nds, avec des rafales à plus de 20 par la suite, ça l’a fait aussi avec la petite, par contre c’est plus technique, moins stable et plus rapide, va falloir un peu de temps pour l’apprivoiser celle-là.

Les 3 dernières sessions j’ai navigué avec une Challenger Sails Liquido 6.2m², une voile sans cambers, très agréable et tout à fait adaptée à mon niveau en foil, très facile de pomper, et de doser la puissance avec cette voile, par rapport à mes Aero avec fourreau large et cambers qui gardent de la puissance même choquées. Côté vent ça oscillait entre 8 et 15nds, je vole sans souci avec 12nds, et pour partir avec moins il faut bien pomper mais c’est intéressant. Je me rapproche rapidement de mes vitesses usuelles avec le foil alu, je pense que je vais vite les améliorer 😉

La rallonge de stab n’est pas encore indispensable à mon goût, je la ferai pour tester mais la stabilité du foil me parait tout à fait satisfaisante.

Et j’ai une belle marge de progression avec ce foil.

 

[Edit du 17 juin 2019]

J’ai maintenant 27 sessions au guidon de ce super foil et plus ça va moins je ressens la nécessité de rallonger le fuselage pour gagner en stabilité, je suis maintenant super à l’aise dessus et je gère mes appuis sans aucun souci et à la limite le côté joueur en longitudinal est un atout pour réagir aux mouvements du plan d’eau.

Les perfs (mes perfs) ne sont pas ébouriffantes mais le contrôle est de plus en plus intuitif, en gros je tourne à 20nds en Vmax si les conditions sont bonnes, avec parfois des pointes plus haut quand les conditions sont très bonnes (flat + vent régulier).

Le combo avec les Challenger Sails Liquido 6.2 et 5.4 est juste super agréable, encore une nav en 5.4 hier dans un vent irrégulier entre 12 et 22nds, ça se pompe super bien et j’ai réussi à voler dans des conditions où personne n’aurait misé un kopeck sur un décollage.

Faut quand même que je change mes bouts de harnais qui sont trop longs, les gréements sont bien légers mais les bras aimeraient bien être mieux soulagés par le harnais quand même.

Je suis en train de préparer une nouvelle board de windfoil, mais la Tiga HyperX 115 est toujours vaillante et ne rend pas indispensable l’achat d’une board dédiée, même si je ne fais quasi plus que du foil (2 sessions en aileron cette année, pour cause de vent trop fort…)

Article à venir sur cette windfoil 😉

 

Commentaires Pas de commentaire

Join in: leave your comment